Historique UNC Nationale

jeudi 16 septembre 2010

RAPPEL HISTORIQUE

Dès l’année 1917, germe dans l’esprit d’un certain nombre de combattants présents à Paris, l’idée de réunir tous ceux qui ont accompli leur devoir de citoyen et de soldat pour la défense de la Patrie. Ils ébauchent déjà les grandes lignes d’un regroupement qui, l’année suivante, deviendra officiellement : l’ UNION NATIONALE DES COMBATTANTS.

Forts de leurs expériences respectives, ils sont décidés à aider leurs camarades rentrant du front, à se réinsérer dans la société civile, et, décident, le 1er Novembre 1917, de créer une revue. Ce sera « La Nouvelle France » qui plus tard, deviendra « La Voix du Combattant ».
Un comité provisoire est constitué, qui décide très vite de créer une structure nationale pour mener à bien ce projet. Le Général Léon DURAND, héros du Grand Couronné de Nancy, tout récemment retraité, accepte d’en assumer la présidence et propose d’emblée la formule célèbre : « UNIS COMME AU FRONT », qui deviendra plus tard la devise de l’U.N.C.

Le Père BROTTIER convainc Georges CLEMENCEAU, le « Tigre », de l’utilité d’une association qui, aurait vocation à accueillir tous les anciens combattants, en dehors de tout clivage social, philosophique, politique ou religieux. Le Président du Conseil, sensible à la
conviction et à l’enthousiasme du Père BROTTIER, lui remet 100 000 Francs or, somme qu’il avait reçue quelque temps auparavant d’une richissime veuve dont le mari et le fils unique venaient de donner leur vie pour la France.

C’est ainsi que naît l’UNION NATIONALE DES COMBATTANTS (U.N.C.) qui a, d’emblée, vocation à accueillir les anciens combattants mais aussi les veuves et orphelins de guerre.
Les statuts officiels de l’association sont déposés le 26 novembre 1918 et le 11 décembre 1918, ils sont publiés au Journal Officiel.
Le Général DURAND convoque la première assemblée dès les premiers mois de 1919.

  • En juillet 1919, paraît le premier numéro de « La Voix du Combattant ».
  • Le 20 juin 1920 l’ U.N.C. est reconnue d’utilité publique, et fonde la Retraite Mutualiste du Combattant qui sera officiellement créée par la loi du 4 avril 1923.
  • En 1924, l’ U.N.C. fonde la Caisse Autonome de Retraite des Anciens Combattants (CARAC).
  • En 1939, la guerre éclate. De très nombreux membres de l’ U.N.C. sont à nouveau mobilisés.
  • En 1940, la France est coupée en deux et l’ U.N.C. est mise en sommeil. Ses dirigeants, en zone occupée comme en zone libre, sont sous étroite surveillance.
  • En mars 1942, les archives de l’ U.N.C. sont saisies et brûlées par les nazis.
  • Fin 1944, l’U.N.C. renaît. Elle compte ses morts, se remet au travail et recrute les anciens de 39/45, puis ceux d’Indochine, de Corée et des TOE.
  • Dès 1956, ceux d’Afrique du Nord se rassemblent au sein de l’ UNION NATIONALE DES COMBATTANTS en Afrique du Nord (UNC AFN).
  • Depuis 1962, les anciens des « OPEX » rejoignent, eux aussi, l’ U.N.C., une des rares grandes associations nationales ouvertes à toutes les générations du feu.
  • En 1997, la refonte des statuts, approuvée par le Conseil d’État, permet à l’ U.N.C., désormais constituée en fédération, d’accueillir en son sein l’Association « Soldats de France », créée en 1979 et initialement réservée aux anciens du Service militaire. Elle a depuis, totalement fusionné avec l’ U.N.C.
  • En 2009 (décret du 22 juin 2009) l’Association Entraide des Veuves et Orphelins de Guerre (AEVOG) rejoint l’ UNC par fusion-absorption.
  • Depuis de longues années, le siège de l’ U.N.C. accueille également de nombreuses associations amies, telles que : « La Confédération Nationale des Anciens de la Défense (C.N.A.D.) », l’Association des « Ecrivains Combattants (A.E.C.) », « l’Association de Soutien à l’Armée Française (A.S.A.F »...