Marie-Louise Gloannec.

lundi 25 novembre 2013
par  Jean-Louis VASSEROT

Anniversaire de Marie-Louise GLOANNEC.

La doyenne nationale des veuves de guerre vient de fêter ses 103 ans à la résidence Richebourg, Nantes.

Mardi 15 octobre 2013, dans la Résidence Richebourg située au centre de Nantes, une petite cérémonie a rendu hommage à Marie-Louise Gloanec, qui fêtait son 103ème anniversaire.

Une cérémonie toute spéciale, puisqu’elle a donné l’occasion à Jean-Charles Rolland, Président départemental de l’Union Nationale des Combattants (UNC), de décorer la doyenne nationale des veuves de guerre.
La médaille Grand Or du Mérite UNC, est venue honorer tous les services rendus par Marie-Louise au sein de l’association d’Entraide des Veuves et Orphelins de Guerre (AEVOG), dont elle fut Vice-présidente pendant une trentaine d’années.

Née en 1910 à Lorient, elle a travaillé un temps dans l’entreprise de chemiserie de son père, fournisseur d’uniformes pour la marine. Elle épouse François-Louis Gloanec militaire de l’armée de terre et quatre enfants naissent. La carrière de son mari fait séjourner la famille un peu partout en France, mais en 1960 elle s’installe à Nantes. Elle y demeure après le décès de son mari consécutif à une blessure de guerre, en 1962.

Sa passion ? Le théâtre. « J’ai toujours aimé me retrouver sur les planches. J’interprétais souvent les beaux rôles. J’ai même fait La Malade imaginaire, pièce dont le rôle principal avait été adapté pour une femme. La scène, c’est toute ma vie. On m’a dit bien des fois que j’aurais dû faire carrière. J’ai joué régulièrement jusqu’à 95 ans et l’année dernière, à 102 ans, j’ai participé à La revue des talents ! »

JPEG - 48.2 ko
Madame Gloanec.

Marie-Louise, intarissable raconte alors ses dix années de théâtre chez Madame Bracaval, place des Jacobins, à Nantes. « C’est d’ailleurs parce que Madame Bracaval était à la Résidence Richebourg que j’y suis rentrée et on a continué à faire du théâtre ici ! »

Toujours très coquette, « elle aime les compliments et la représentation » commente son fils Yves. A 103 ans, Marie-Louise Gloanec qui jouit d’une mémoire parfaite complètement préservée, est très fière d’affirmer : « Je peux encore réciter des poèmes par cœur. »

Madame Verwaerdre Présidente AEVOG.


Documents joints

De G. à D : Mme. Verwaerdre, Marie-Louise (...)
De G. à D : Mme. Verwaerdre, Marie-Louise (...)

Navigation

Articles de la rubrique

  • Marie-Louise Gloannec.

Brèves

14 octobre - Souscription départementale 2017

Numéros du tirage de la souscription départementale 2017, voir Chapitre Vie de la Fédération, (...)