Notre camarade et ami Eugène Halgand nous a quittés

Eugène HALGAND

Eugène Halgand, ancien administrateur de l’UNC 44, membre de la souscription départementale, et président honoraire de l’UNC de Saint-Nazaire nous a quittés le 29 septembre 2021.

Plus qu’un camarade, il était pour nous l’ami, celui sur lequel nous pouvions nous appuyer en toute confiance.

Un ami, c’est rare. C’est précieux. Sa perte est difficile à supporter et notre peine, pour ne pas dire notre chagrin est donc profonde.

Adhérent de la section Union Nationale des Combattants d’Afrique du Nord de Saint-Nazaire dès sa création en 1975, il a été le vice-président puis le président et enfin le président d’honneur. Membre de l’équipe qui a assuré la réconciliation entre les deux fractions de l’UNC qui se sont opposées durant plusieurs années, sous sa présidence la section est devenue l’association la plus importante de la Loire-Atlantique en 1999 et a organisé un congrès départemental.

C’était déjà un bilan remarquable mais il a estimé pouvoir faire plus, en choisissant de devenir un de nos administrateurs départementaux, de 1993 à 2016. Il ne venait pas pour faire acte de présence mais pour agir et assurer des responsabilités dans le conseil d’administration de notre fédération.

C’est ce qu’il a fait, en assurant les fonctions importantes de trésorier des congrès départementaux de 1993 à 2008 et de trésorier adjoint départemental de 2001 à 2008. A ce dernier poste, nous lui devons la relance et la restructuration dynamique de la souscription départementale destinée au financement de nos œuvres sociales.

A ces charges déjà denses, il a accepté d’y ajouter et d’assurer celle de commissaire général du congrès national de l’UNC tenu à la Baule en 2008.

Tous ces travaux nombreux et importants ont été exercés tant à l’échelon communal qu’à celui du département, avec une sérénité qui n’interdisait pas toutefois des éclats de voix parfois nécessaires, avec compétence, avec efficacité. Le service attendu a toujours été rendu et avec pleine satisfaction générale.

Tout ce passé, toutes ses actions communes, toutes nos discussions et nos joies, toute cette énergie et ce bilan remarquable, tout cela s’arrête maintenant, hélas. Mais le souvenir restera fort et nous ne l’oublierons pas.